Procédure prud'hommes

À jour en Juin 2017

Écrit par les experts Ooreka

Il existe différents types de procédure prud'homale selon la nature du litige.

Avocat salarié et employeur autour d'une table

La procédure prud'homale est une procédure judiciaire.

Bon à savoir : à compter du 1er août 2016, la saisine du conseil de Prud'hommes ne peut plus se faire par simple dépôt d'un formulaire. Il peut être saisi par présentation volontaire devant le bureau de conciliation et d'orientation ou par requête.

Demandeur et défendeur n'ont pas affaire à une procédure prud'homale, mais à plusieurs, selon la nature du litige :

2 types de procédure prud'homale

Aux prud'hommes, on distingue la procédure ordinaire et les procédures extraordinaires.

La procédure ordinaire est la voie normale du procès prud'homal :

  • constitue la majorité des affaires jugées par les conseils de prud'hommes ;
  • affaires pour lesquelles le préalable (tentative) de la conciliation est obligatoire.

Par exception, il y a des litiges dont le règlement est dispensé de conciliation et dont le traitement est immédiatement contentieux. C'est notamment le cas depuis la loi n° 2014-743 du 1er juillet 2014 lors d'une demande de qualification de la rupture du contrat de travail à l'initiative d'un salarié en raison de faits que celui-ci reproche à son employeur. L'affaire doit alors directement être portée devant le bureau de jugement, qui statue dans un délai d'un mois suivant sa saisine.

À noter : tous les procès prud'homaux ne suivent pas forcément les mêmes règles et étapes de procédure.

Procédure prud'homale ordinaire : 2 phases

La procédure prud'homale ordinaire comporte deux étapes : la tentative de conciliation et la phase de jugement.

L'étape de conciliation de la procédure prud'homale

Sauf exception, tout différend porté devant le conseil de prud'hommes doit obligatoirement être soumis, en premier lieu, au bureau de conciliation et d'orientation. Le demandeur ne peut pas saisir directement le bureau de jugement.

Ce préliminaire de conciliation :

  • vise à régler à l'amiable le litige soumis à la formation prud'homale ;
  • constitue une disposition d'ordre public.

L'oubli de cette formalité obligatoire peut entraîner :

  • soit le rejet de la demande par le conseil de prud'hommes (notamment si une exception de procédure est soulevée en ce sens en cours de procès) ;
  • soit la nullité postérieure du jugement rendu malgré l'absence de conciliation (si une partie fait appel du jugement ainsi rendu).

Phase contentieuse de la procédure prud'homale

Si la conciliation échoue (ou si elle n'est que « partielle », c'est-à-dire ne concernant qu'un aspect du litige), le procès suit son cours, passant à la phase contentieuse.

Cette phase est marquée par l'affrontement des parties :

  • à coup d'arguments de fait et de droit ;
  • à coup de pièces et preuves.

Chaque partie espère obtenir satisfaction en obtenant une condamnation ou, au contraire, un rejet de la demande.

La phase contentieuse marque l'intervention du bureau de jugement :

  • une formation composée de 4 quatre conseillers prud'homaux dont un président d'audience (2 en formation restreinte) ;
  • chargée de trancher le litige en rendant un jugement au final.

À noter : le fait que la conciliation ait échoué n'interdit pas aux parties de trouver, ultérieurement, lors de la phase contentieuse, un terrain d'entente notamment en concluant une transaction.

Procédure prud'homale : schéma simple

Voici comme se déroule la procédure prud'homale :

PHASES DE LA PROCÉDURE PRUD'HOMALE
Phase 1 : Tentative de conciliation
Réussite. Échec/ conciliation partielle.
Procès-verbal de conciliation - Fin du procès. Phase 2 : Contentieux/ jugement final.

Bon à savoir : chaque phase compte au minimum une audience. Le caractère contentieux pris par une affaire implique la multiplication des audiences (voire des renvois) donc l'allongement des délais. Les procès peuvent durer de nombreux mois ou années. C'est pourquoi il existe des procédures ne comportant qu'une phase.

Procédure prud'homale extraordinaire : 1 seule phase

Dans certaines circonstances, la procédure prud'homale ne comporte pas de phase préalable de conciliation : le procès ne comporte qu'une unique phase de nature contentieuse.

C'est ainsi en cas de :

  • contestations portant sur le relevé des créances des salariés lorsque leur employeur est soumis à un redressement ou à une liquidation judiciaire ;
  • saisine de la formation des référés (qui statue en théorie avec rapidité et sans renvoi) ;
  • litiges dont la particularité réclame une procédure spécifique (ex : requalification d'un CDD en CDI, discriminations, etc.) ;
  • demandes spécifiques : demandes reconventionnelles, demandes réintroduites après une caducité (situation où le demandeur a traîné pour accomplir une diligence ce qui a provoqué la mise à l'écart de l'affaire et mis le procès en « stand by »), etc.

À noter : le fait que la procédure ne comporte qu'une phase ne signifie pas forcément qu'il n'y aura qu'une audience et que l'affaire sera immédiatement jugée même si la finalité des procédures extraordinaires est celle de la rapidité.

La nature du litige détermine la procédure prud'homale

Le demandeur peut librement choisir le type de procédure qu'il souhaite, mais cela peut se retourner contre lui.

En effet, à chaque type de litige (et demande) correspond un type de procédure à suivre, sans qu'il soit possible de suivre une autre procédure :

TYPE DE PROCÉDURE PRUD'HOMALE EXPLICATIONS
Procédure ordinaire
  • Concerne tous les litiges dont le Code du travail ne prévoit pas qu'ils appartiennent aux catégories figurant dans les autres colonnes de ce tableau.
  • Majorité des affaires :
    • licenciement pour motif personnel (maladie, faute grave, etc.) ;
    • décompte et paiement d'heures supplémentaires ;
    • contestation d'une sanction disciplinaire ;
    • mutation géographique, etc.
Référé
  • Litiges où il apparaît qu'il y a :
    • urgence absolue ;
    • prévention d'un trouble manifestement illicite ;
    • remise en état nécessaire.
  • Le juge des référés est le juge de l'évidence et de l'urgence, lui sont soumis des litiges spécifiques :
    • absence de remise de bulletin de paie ;
    • licenciement d'une femme en congé de maternité ;
    • violation manifeste d'une clause de non-concurrence licite ;
    • non-paiement de salaires à des salariés non grévistes en cas de conflit social.
Harcèlement moral ou sexuel Cas de harcèlement et/ou de non prise de mesure par l'employeur pour y mettre fin.
  • Par exception à la compétence d'attribution du conseil de prud'hommes (litiges uniquement individuels) un (ou des) délégué(s) du personnel peut saisir directement le bureau de jugement d'un conseil de prud'hommes afin :
  • de faire constater :
    • l'existence d'une situation de harcèlement ou de discrimination ;
    • l'absence de mesure de prévention et/ou protection prise par l'employeur ;
  • de demander la prise de toute mesure de prévention, protection, etc. par l'employeur sous astreinte financière par voie de condamnation judiciaire.
Discriminations Cas de discriminations.
Requalification d'un CDD en CDI CDD conclu pour un motif non conforme à la loi ou reconduit ou prolongé de façon illicite.
  • Le non-respect de la loi entraîne la requalification du CDD en CDI.
  • La requalification est prononcée par le conseil de prud'hommes :
    • dont le bureau de jugement est saisi directement ;
    • qui doit statuer 1 mois au maximum après avoir été saisi de la demande.
Refus de certains congés Concerne les congés :
  • pour création d'entreprise ;
  • sabbatique ;
  • de formation économique et syndicale ;
  • de solidarité internationale.
  • Le bureau de jugement est saisi directement du cas de refus du congé par l'employeur au salarié suite à demande de ce dernier.
  • Le bureau de jugement juge l'affaire comme un référé.

Important : pour une demande concernant un licenciement économique, il existe une procédure accélérée : la conciliation doit avoir lieu exactement 1 mois après le dépôt de la demande au greffe, le jugement final doit intervenir, au plus, 6 mois après l'audience de conciliation.

Attention ! Toutes les règles qui précèdent sont d'application obligatoire. Leur non-respect permet au conseil de prud'hommes de rejeter une demande (pour défaut de procédure). De même, si une décision est rendue par un conseil de prud'hommes malgré ce défaut de procédure, la partie lésée par ce défaut peut faire appel de la décision afin de la faire annuler.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
emmanuel boddaert

spécialiste de l'indemnisation | www.litige-assurance.com

Expert

BL
brandy l.

office manager

Expert

sandra jimenez

rh- gestionnaire paie - contrôleur de gestion | sos mes droits

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous cherchez un avocat ?

Besoin d'aide dans vos démarches ?

Demandez les conseils d'un spécialiste.

Gratuit et sans engagement !



Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !